copie.jpg

SubTiziano
Alexander Ponomarev

Sous-marin russe, peinture, 22 mètres

Dépôt de l'artiste en 2011

Né en 1957 à Dniepropetrovsk, en Russie, Alexander Ponomarev vit et travaille à Moscou.

Après le Grand Canal à Venise, Alexander Ponomarev a choisi de placer dans les eaux de l’île de Vassivière son œuvre la plus emblématique, le sous-marin SubTiziano. Le processus de voyage à la base de cette réalisation n’est pas stoppé mais il trouve à Vassivière un lieu d’ancrage.

Alexander Ponomarev s’empare d’un objet militaire, dangereux et furtif, devenu l’une des armes les plus secrètes et les plus terribles de notre époque dont les périscopes, radars et antennes n’ont plus une utilité d’espionnage, mais se mettant en mouvement, créent davantage un côté joyeux et festif. L’artiste reprend l’invention de Leonardo da Vinci – un hommage à cette figure de la Renaissance à la fois artiste, scientifique et écrivain - la dépouillant de sa caractéristique principale : le secret et l’invisibilité.

En le bariolant de couleurs criardes et en le nommant SubTiziano, Ponomarev s’adresse à un autre artiste, cette fois du XVIème siècle, qui le fascine : Tiziano.

Alexander Ponomarev, diplômé du Collège d'ingénierie nautique d’U.R.S.S. en 1979, travaille plusieurs années pour la marine russe avant de se consacrer entièrement à la création. Ses œuvres ont notamment été présentées à la Biennale de Moscou, à la Biennale de Venise et font de lui l’un des artistes majeurs de la scène contemporaine russe.

Émergeant des eaux du lac de Vassivière, le sous-marin SubTiziano apparaît en premier lieu au visiteur comme une apparition, un mirage. Mais sa présence perturbante est bien réelle, il semble surveiller et protéger un territoire qui, depuis plus de vingt ans, est dédié aux artistes. Situé entre terre et lac, il patrouille dans une zone d’activités artistiques dont il devient un des signaux, preuve que la création contemporaine peut se manifester partout et étendre son territoire, apparaissant dans les endroits les plus incongrus et inattendus afin d’affirmer la force de l’art.

 

Crédits photographqiues : Vladimir Sichov

Print