Samakh_Reves.jpg

Les Rêves de Tijuca, après la tempête
Erik Samakh
2003

Techniques et dimensions variables

Commande publique du Ministère de la culture et de la communication (propriété du Ciap) en 2003

Né à Saint Georges de Didonne en France en 1959, Erik Samakh vit et travaille à Serres dans les Alpes de Haute-Provence.

Les Rêves de Tijuca, après la tempête est située à la lisière d’une ancienne plantation de pins frappée par les deux tempêtes qui ont traversé la France en décembre 1999. D’une superficie d’un hectare et demi, cette parcelle a été nettoyée quelques mois plus tard des nombreux troncs, branches et racines qui en jonchaient le sol.

Auteur en France et à l’étranger de plusieurs œuvres environnementales, Erik Samakh a conçu un projet de restauration de la forêt et proposé de planter 2500 arbres et arbustes de cinquante quatre espèces différentes choisi es pour leur aptitude à attirer, grâce à leurs fleurs et à leurs fruits, des insectes et des oiseaux pour renouveler la biodiversité et l’ambiance sonore de l’île.

Répondant à la demande du Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière, l’artiste a invité le public (plus de deux cents personnes) à prendre part à cette plantation entre le 22 avril et le 3 mai 2003. Le résultat de ce projet est une futaie irrégulière mixte qui, telle une tapisserie vivante, fait réponse à la monoculture des forêts industrielles à l’entour. Œuvre singulière par sa nature (à la fois durable et sociale, végétale et sonore) ainsi que par ses dimensions (il s’agit davantage d’une « œuvre-lieu » que d’un « objet d’art »), contribution à l’histoire des jardins, de la musique aussi bien que des arts plastiques, cette plantation fera l’objet d’un entretien doux, essentiellement manuel, basé sur l’observation du milieu et l’interaction entre les espèces. Cette réalisation s'inscrit dans la volonté du Centre international d’art et du paysage d’aménagement de l’île de Vassivière en une île-jardin.

 

Crédits photographiques : Marc Domage

Print