pages.jpg

Point de Vue
Bernard Pag├Ęs
1997

Acier rouillé, métallisé ou peint, béton taillé, 565 x 31 x 300 cm

Commande du Centre d’art (propriété du Ciap) en 1997

Né en 1940 à Cahors en France, Bernard Pagès vit et travaille à Nice en France.

« C’est une sculpture spécialement conçue pour Vassivière. La sculpture passe son temps à se déhancher. Ses cassures sont l’antithèse de la stabilité du phare. Ses décrochements se contredisent et, en se contrariant, se corrigent. Elle se construit en une succession de retournements, d’inversions. La partie la plus lourde et la plus dense, en béton coloré, est en hauteur, soutenue par de fins entrelacs de métal, d’autant plus frêles qu’ils sont hasardeusement torsadés. C’est comme si elle avait été bousculée et s’était affaissée en partie sous la pression. Les flammes métalliques qui se déploient à son sommet paraissent plus charnues et dons plus pesantes que les barreaux grêles de la base. Seule cette partie basse est métallisée. La rouille, au lieu de grimper, semble paradoxalement descendre vers le sol. Les bandeaux de couleur vert acide qui encerclent la partie supérieure font écho aux linteaux en IPN peints, utilisés dans l’architecture du bâtiment et leur forme ovale renvoie aux petits voûtains de brique du corps du bâtiment et aux rondeurs de la tour. En même temps, ce vert met en exergue le feu de la rouille et l’acidité de la couleur du béton. Mais le point de vue est toujours comme à la recherche d’un équilibre ». (Bernard Pagès)

 

Crédits photographiques : André Morin


Print