pistoletto.jpg

Il Segno Arte
Michelangelo Pistoletto
1993-1994

Sept pierres en lave de Volvic placées à des croisements, 10 x 210 x 120 cm

Commande publique du Ministère de la culture et de la communication (propriété du Ciap) en 1994

Né en 1933, Michelangelo Pistoletto vit et travaille à Biella en Italie

« L’œuvre consiste en sept sculptures en pierre de lave de Volvic, installées horizontalement, au sol, c’est-à-dire enterrées sur toute leur épaisseur, donc affleurant et pouvant être piétinées, foulées… Chaque élément est disposé au croisement de deux ou plusieurs sentiers suivant un parcours annulaire qui se développe à l’intérieur de la colline boisée de l’île, c’est-à-dire le long du chemin habituel des visiteurs. Le projet s’intitule Il Segno Arte pour lequel j’ai défini une forme qui identifie le concept « art ». Les références de ce signe dans son existence physique et matérielle sont multiples à l’image même de l’art qui peut déceler et condenser les termes opposés : division-union, clôture-ouverture, conjonction-fuite, superficie-perspective, dessin-matière, concept-objet, implosion-explosion, lacération -tenue, statisme-dynamisme, comme le papillon qui naît de la métamorphose, donc poids-légèreté. 

Il Segno Arte est situé au croisement de voies dont il accentue le sentiment de tenue structurale dans les points focaux qui unifient les différentes directions : arrivée et départ, divergence et choix, possibilité et décision. Cette œuvre ne s’élève pas verticalement comme un monument traditionnel, mais se dispose horizontalement au sol pour assumer la dimension fluide du temps. L’œuvre est féconde sur toute la longueur du parcours et non pas en un seul point, pourtant sans être envahissante. Elle exprime la couleur des éléments comme l’érosion naturelle et la lente dégradation résultant du passage rituel et continuel des visiteurs. C’est l’horizontalité comme glissement du temps. Il Segno Arte fait partie d’une idée que j’ai manifestée en 1976 en écrivant le livre des Cent Expositions. La réalisation du projet de Vassivière en est le témoignage durable ». (Michelangelo Pistoletto)

Actuellement, seulement six sculptures sont visibles dans le bois de sculptures ; la septième, originellement positionnée à proximité de la tour-phare de Aldo Rossi a été ensevelie suite à la tempête en 1999.

 

Crédits photographiques : Jacques Hoepffner

Print