Digan.jpg

Le Berger de Saint Genest
Pierre Digan
1983

Granit, 350 x 120 x 85 cm 

Commande du Syndicat mixte "le Lac de Vassivière" (propriété du Syndicat mixte "le Lac de Vassivière") en 1983

Né en 1941 à Paris en France, Pierre Digan vit et travaille à Saint Martin Château en France.

Cette oeuvre a été réalisée dans le cadre du Symposium organisé en 1983 sur l'île de Vassivière. En 1983, avec l’appui financier du Ministère de la Culture et de la Communication qui poursuit son effort de promotion de l’art contemporain et de décentralisation culturelle à travers la création des Frac, l’association « Limousin Art Contemporain et Sculptures » (LAC&S) engage la première intervention artistique sur l’île de Vassivière. L’ambition était de faire appel à des plasticiens pour réaliser des œuvres – et plus particulièrement des sculptures – à partir d’une matière première commune : le granit. Le choix de ce matériau n’est pas anodin, il s’inscrit dans une volonté d’ancrer l’art en train de se faire dans la tradition artisanale locale du travail de la pierre. A travers ce projet artistique, se dessinent des enjeux économiques et identitaires pour la pérennité d’un savoir-faire ancestral lié à la spécificité minérale du sol et à la sauvegarde d’une économie en déclin. L’association LAC&S inaugure en août 1983 le Symposium de Sculptures en Granit du Limousin situé sur l’île de Vassivière, regroupant les œuvres de douze artistes et se définissant comme « un musée en plein air de la pierre et du bois ». L’installation de ces sculptures jette les bases d’une union annoncée entre l’île de Vassivière et l’art contemporain.

Le Berger de Saint Genest est l’unique sculpture figurative présente dans le symposium, une figure rassurante et protectrice de berger que l’artiste a souhaité ériger en l’honneur d’un ami à lui.    

Au cours des années soixante, Pierre Digan crée une entreprise de poteries "La Borne" dans le Cher. Lieu de céramique depuis le XVIème siècle, c'est un haut lieu de la poterie de grès en France.

 

Crédits photographiques : André Morin


Print