fermer la fenêtre

En résidence de création 

du 26 mars au 3 avril 2019

Camila Eslava

Eté 2017. L’artiste colombienne Camila Eslava découvre l’Île de Vassivière et visite le Centre international d’art et du paysage. Entre nature et artificialité, le paysage inspire la  plasticienne. Elle amorce alors une nouvelle œuvre qui aboutira un an plus tard sur une exposition individuelle dans une galerie en Colombie : ACUOSA, 14 gramos de carbón (AQUEUX, 14 grammes de charbon).

Elle y fait également la rencontre de Benoît Brissot, le boulanger de l’Île. La manière traditionnelle et autonome dont il travaille le pain et le fonctionnement de son four marquent Camila Eslava : témoins d’un processus total de la matière par l’art du feu, traversés de dessins et motifs, les productions du boulanger se rapprochent de celles issues de la pratique de la céramique de la plasticienne. Entre art et artisanat, un désir d’expérimentation partagée est né. 

Printemps 2019. Camila Eslava revient sur ces lieux d’inspiration. Du 26 mars au 3 avril, elle est accueillie en résidence au Château. En utilisant la boulangerie et l’élaboration du pain comme une sorte de laboratoire artistique, elle engage un dialogue avec le boulanger.  Les réponses plastiques issues de cette expérimentation commune restent ouvertes.


du 8 avril au 14 juillet 2019

VASSIVIERE UTOPIA 2019

Trois équipes de paysagistes et d’architectes sont en résidence d’avril à juin sur l’île de Vassivière pour réaliser trois nouvelles créations Vassivière Utopia 2019 dans les communes autour du Lac de Vassivière :

• l’équipe bordelaise du Bureau baroque, composée de quatre architectes,

• l’équipe de paysagistes de GAMA atelier de paysage, associée à l’agence d’architecture Bianchimajer,

• le duo de jardinières des Espaces verts.

Leurs créations seront visibles à partir du 6 juillet 2019.

 

Focus sur Vassivière Utopia

Depuis quelques années, le Centre d’art sort de l’Île pour tenter d’insuffler de l’expérimentation et du sensible dans les sphères éloignées de l’art. Allant à la rencontre des habitant.e.s, il cherche les moyens d’articuler art et société. Après une série d’interventions d’artistes hors-les-murs en 2014 et 2016 et l’exposition-parcours Transhumance en 2017, le Centre d’art initie depuis 2018 Vassivière Utopia, un programme de commandes paysagères et architecturales in situ pour l’espace public rural. Conçu comme une extension « hors les rives » du Bois de sculptures, le parcours s’enrichira chaque année de trois créations dans trois nouvelles communes jusqu’en 2020.

Le Centre d’art s’appuye sur le désir de certaines collectivités locales d’expérimenter de nouvelles formes d’aménagement dans un territoire intimement lié aux utopies sociales. Il s’inscrit aussi dans le prolongement de formes radicales en architecture et d’interventions paysagères audacieuses qui marquent l’histoire du Centre d’art. Suite à un appel à projets en direction d’architectes et de paysagistes, les équipes Atelier 1:1, Atelier Bivouac et éjo.coopérative ont travaillé en résidence tout l’été 2018 au Château à la création d’interventions susceptibles de répondre à des besoins particuliers que les communes  de Beaumont-du-Lac, Eymoutiers et Saint-Martin-Château ont formulé chacune à leur manière.

Découvrez les créations des résidents 2018 sur le territoire !

Plateforme, par Atelier 1:1, à Eymoutiers

La Clairière, par Atelier Bivouac, à Saint-Martin-Château

Voir l’eau du lac, par éjo.coopérative, à Beaumont-du-Lac

 

Avec le soutien du groupe Caisse des dépots.

Imprimer